Le sectogramme de Romoli

mercredi 20 février 2008

Localisation des points et sectogramme

La lecture des articles d’acupuncture auriculaire pose le problème de la localisation et de l’appellation des points. Ce problème est lié aux différentes cartographies existantes et a été signalé récemment dans l’article de Gori L, Firenzuoli F. « Ear acupuncture in European traditional medicine. »

Les références cartographiques initiales sont celles publiées par le Dr Paul Nogier. Celles-ci ont modifiées par les chinois vers 1958. Paul Nogier et ses élèves ont complété progressivement ces cartographies d’abord par la carte murale des loci auriculo medicinae publié en 1975, puis dans les points réflexes auriculaires en 1987.

Ces publications de base ont ensuite été reprises dans de nombreux ouvrages.

L’OMS a réuni 40 experts en 1990 pour définir un certain nombre de point reconnus par le chinois et les européens.

Ces travaux ont été repris par Terry Oleson pour établir une standardized International nomenclature en tentant intégrant les nomenclatures chinoises et européennes.

La reconnaissance des points sur l’oreille, est parfois difficile du fait des variations des formes d’oreille mais aussi parce que le point d’auriculothérapie n’est ni permanent dans son existence, ni localisé précisément dans sa topographie et qu’il faut le savoir le rechercher dans une zone plus ou moins grande.

C’est pourquoi Marco Romoli a présenté sa méthode du sectogramme pour localiser les points ? Ce sectogramme est à la fois une méthode de repère des points utilisés pour les médecins et un outils pour la recherche. Nous avons interrogé Marco Romoli pour savoir comment et pourquoi il avait conçu son sectogramme. Voici sa réponse :

« Le sectogramme a été utilisé dans mon livre du 2003 pour la transcription des points sur l’ordinateur.
Notre idée de départ a été de donner au médecin un système graphique pour archiver les points, qui permet de faire le moins d’erreur possible de transcription et qui, en même temps, puisse s’adapter en façon acceptable à la morphologie auriculaire qui est si variable.
Le troisième but c’était de créer un outil pour l’analyse statistique de la concentration des points dans un secteur plutôt que dans un autre (c’est la "spatial cluster analysis" que j’ai adopté dans le livre
que je suis en train d’écrire sur le diagnostic auriculaire). »

PNG - 262 ko

Pourquoi avoir choisi des angles différents ?

« On a pris le point Zero comme centre du sectogramme et on a choisi
trois lignes de division du pavillon qui correspondent à des points de
repérage anatomiques ou géométriques : la ligne qui sépare les secteurs 1 et 40 est tangente au bord postérieur du tragus ; la ligne qui sépare les secteurs 8 et 9 passe à travers le sillon auriculaire postérieur (ou sillon antihelix-antitragus) ; la ligne qui sépare les secteurs 24 et 25 coïncide avec l’intersection visuelle du bord postérieur de la branche montante de l’hélix et le bord inférieur de l’antihélix. On a ainsi obtenu 3 secteurs majeurs qu’on a divisé respectivement en 8 secteurs (1-8), 16 (9-24), 16 (25-40). Le résultat de cette division arbitraire est celui d’avoir des angles qui ne sont pas de même valeur (mais ce n’était pas mon but car j’aurais du choisir la même forme auriculaire pour tous les patients). »


Quel est l’avantage du sectogramme ?

« L’avantage du sectogramme, à mon avis, est de s’adapter mieux aux pavillons que nous voyons dans la pratique et qui présentent, dans leurs différentes portions, des dimensions anatomiques variables selon la constitution et la prédisposition du sujet vers certaines maladies.
La subdivision du lobule en secteurs angulaires plus petits, en particulier, permet au thérapeute une meilleure localisation et transcription des points, tenu compte que cette portion est une des zones plus importantes et plus méconnues de l’oreille. »


Avez-vous valider cette méthode ?

« La validation du sectogramme a été faite sur 385 médecins suivants mes cours (les résultats doivent encore être publiés). Les confrères devaient transcrire deux groupes de trois points différents sur le sectogramme ou sur une oreille sans secteurs : le nombre d’erreurs de transcription a été significativement réduit dans le premier cas (p

Sur l’oreille droite les points retenus à la pression du palpeur
Sur l’oreille gauche les zones de recherche du point établies selon la densité des points.

Le sectogramme a ensuite été repris dans le logiciel Natom en le couplant les localisations anatomiques de l’oreille définies à la réunion de l’OMS.

voir la STANDARDISATION DE L’ANATOMIE DE L’OREILLE

Cela permet ainsi une notation simple des points. Ainsi le point de hanche sera noté TF 19 et celui du Darwin HX 17/18 comme l’explique Yves Rouxeville dans le livre Auriculothérapie –Acupuncture auriculaire.

JPEG - 108 ko

Pour que chacun s’y retrouve, il peut être préférable de nommer un point par sa localisation que par sa dénomination ou par son interprétation qui peut être variable selon les auteurs. Peu importe que les auteurs donnent ensuite leur propre dénomination et interprétation, l’essentiel est que soit bien précisé à quelle localisation on se réfère.

Télécharger ici le sectogramme en pdf


Documents joints

PDF - 30.5 ko

Portfolio

JPEG - 815.6 ko JPEG - 810.6 ko

Commentaires  Forum fermé

Logo de André Lentz
jeudi 28 février 2008 à 22h39 - par  André Lentz

je réponds à tes questions :

1) qu’elle terminologie acceptable par tous faut-il
utiliser dans les articles ?

Il faut admettre que aucune école ne veut renoncer à son système de
codification des zones auriculaires et que le procés de standardisation
internationale s’est arreté pour le moment et que peut-être ne sera jamais
plus repris.
A mon avis chaque auteur d’un article devrait donner la terminologie
préferée ou plus acceptable pour lui (française, chinoise, celle de Oleson
etc.) mais devrait aussi reproduire les points ou les zones traitées sur un
schéma de l’oreille dessiné par lui
ou copié d’un des livres que nous avons
à disposition. Cette double définition des points est importante pour le
médecin qui voudrait les appliquer dans la pratique de tous les jours mais
est importante aussi pour le chercheur qui voudrait reproduire
l’expérimentation ayant la garantie de utiliser les mêmes points.

2) le sectogramme peut-il être utilisé à cet effet ou doit-on simplement
le considérer comme un outils de recherche ?

Le sectogramme à mon avis n’est pas seulement un outil pour la recherche
mais aussi un outil pratique pour tous pour transférer la position correcte
des points identifiés sur l’oreille de nos patients. La transcription des
points est fondamentale en particulier pour les débutants qui doivent
apprendre à s’orienter sur le pavillon et à chercher les points pour le
diagnostic et la thérapie ne se faisant pas, en même temps, conditionner par
les zones standardisées de n’importe quel type. Une fois que l’élève ou
l’acupuncteur expert ont completés la transcription ils peuvent contrôler si
le point ou la zone coïncident avec la représentation d’une cartographie
plutôt que d’une autre. Cette opération devient de plus en plus importante
quand on va cumuler les points relatifs à une série de séances sur le même
sujet ou les points relatifs à la même pathologie d’un groupe plus ou moins
nombreux de patients.
J’espère d’avoir répondu à tes questions en façon satisfaisante.

Bien cordialement.

Amitiés

Marco

Logo de André Lentz
jeudi 28 février 2008 à 22h24 - par  André Lentz

Questions à Marco Romoli et à tous

1) Qu’elle terminologie acceptable par tous faut-il utiliser dans les articles ?

2) Le sectogramme peut-il être utilisé à cet effet ou doit-on simplement
le considérer comme un outils de recherche ?

Logo de Yves Rouxeville
mercredi 27 février 2008 à 19h22 - par  Yves Rouxeville

D’accord sur cet article et les opinions émises.
Mettre ensemble le sectogramme de Romoli et les noms de codes de l’O.M.S. m’avaient semblé intéressant (logiciel Natom, puis livre paru chez Springer).

Yves Rouxeville