Enseignement et la pratique de l’Auriculothérapie et d’ l’Auriculomédecine

dimanche 4 juillet 2010
par  Rouxeville Yves

Réflexions sur l’enseignement et la pratique de l’Auriculothérapie et d’ l’Auriculomédecine


1. L’enseignement de l’Auriculothérapie :

ICAMAR prend acte que cette discipline est actuellement essentiellement enseignée par des associations ou des personnes physiques, tant en France qu’à l’étranger. Cependant, il est une particularité française : l’Auriculothérapie est également enseignée en Université :

1.1. À Nantes sous la forme d’un Module d’Auriculothérapie comportant quatre Unités de Valeurs de deux jours chacune, intégré à titre optionnel dans la Capacité en Acupuncture. Cette Formation Initiale a pour obligation de présenter toutes les possibilités de diagnostic dont le RAC (forme du pouls décrite par Paul Nogier) et les diverses possibilités de soins du point d’oreille. Cet enseignement est fait d’après les travaux de Paul Nogier, avec l’esprit du Pr. Jean Bossy (†). Le Pr. Jean Bossy avait fait reconnaître l’Acupuncture par l’Ordre des Médecins ; il fut le créateur de l’enseignement de l’Acupuncture (à l’époque sous la forme d’un D.I.U.) dans les Facultés de Médecine.

1.2. À Paris L’Auriculothérapie est enseignée sous forme d’un Diplôme Universitaire à Paris XIII (Bobigny) et à Paris XI. Cet enseignement, effectué deux jours par mois pendant deux années scolaires, se présente en fait comme une formation de neurosciences appliquée à l’Auriculothérapie. Ces cours sont totalement indépendants de l’Acupuncture, ne présentant pas non plus les possibilités de détection des points à l’aide du RAC.

1.3. Le G.L.E.M., association lyonnaise fondée par Paul Nogier il y a 50 ans, poursuit à Lyon et à Paris un enseignement d’Auriculothérapie. ICAMAR précise qu’au plan historique, le GLEM a joué un rôle essentiel dans l’apprentissage de l’Auriculothérapie. Cet enseignement porte sur trois formations de deux jours chacune. Depuis quelques années, l’enseignement du GLEM est ouvert aux non médecins. Par ailleurs, depuis 1994, le GLEM est également l’organisateur de Symposium internationaux.

1.4. Le programme de Nantes a été repris pour des formations partielles ou complètes :
• à l’Université Victor Segalen 2 de Bordeaux,
• par l’association Auriculo. Sans Frontières pour ses enseignements en France (médecins, sages-femmes, vétérinaires, dentistes) et à l’étranger (médecins),
• par l’association tunisienne SOTUBIO (médecins),
• à la Faculté de Médecine de Sfax (Tunisie),
• à l’Université de Médecine Traditionnelle Tibétaine de Sarnath (près de Bénarès, en Inde) pour des professionnels de Santé.


2. La pratique de l’Auriculothérapie :

ICAMAR prend acte du paradoxe permettant à chacun d’accéder à un enseignement scientifique et de thérapeutique, alors que l’exercice des thérapeutiques est réglementé. ICAMAR note que dans la plupart des pays, l’exercice de l’Auriculothérapie est généralement permis aux professionnels officiellement habilités à l’exercice de l’Acupuncture.

3. L’enseignement et la pratique de l’Auriculomédecine :

Cette discipline recouvre des techniques basées sur l’analyse experte des variations du pouls survenant après des stimuli. Ces variations ont été décrites sous le nom de R.A.C. en Français (V.A.S. en Anglais), ou le vocable de « pouls de Paul Nogier ». Le R.A.C. est un signal, une perception clinique du pouls du sujet examiné. Sous l’influence de divers stimuli, le pouls pourra être ressenti comme plus ou moins fort, plus ou moins tendu, plus ou moins rapide, et ceci pendant plusieurs battements.
L’Auriculomédecine permet d’une part d’effectuer des mesures sur le corps (à la recherche de points ou de zones cutanées), d’autre part des mesures dans l’environnement du corps (à la recherche de divers types de champs). Dans ce cas, son champ d’études et de recherches confine avec la « Pulsologie Biophysique » développée depuis des années sur www.pulsology.com.
L’Auriculomédecine, discipline qui reste très largement dans le domaine de la recherche, est enseignée par le GLEM à Lyon (trois formations de deux jours chacune). Au plan historique, l’enseignement de l’Auriculomédecine en France et dans le monde est effectué de façon légitime par des élèves de Paul Nogier, chacun le faisant selon sa sensibilité.

4. La Physiothérapie réflexe. Les découvertes et l’enseignement de Paul Nogier ont conduit à l’utilisation de dispositifs médicaux entrant dans le cadre de la Physiothérapie (stimulations par Laser, stimulations électriques, stimulations magnétiques, chromothérapie, etc.). Ils sont généralement utilisés dans les soins par Auriculothérapie, sur les zones réflexes du corps. Ils peuvent être précisés à l’aide du RAC. De nombreux auxiliaires médicaux peuvent ainsi pratiquer légalement l’Auriculothérapie et/ou l’Auriculomédecine sans poser d’aiguilles.

5. En conclusion.

ICAMAR reconnaît que l’Auriculothérapie et l’Auriculomédecine sont d’origine lyonnaise, et maintenant de diffusion internationale. ICAMAR n’a aucune vocation à se substituer aux enseignements d’Auriculothérapie et d’Auriculomédecine.
ICAMAR se positionne de façon légitime aux côtés des élèves de Paul Nogier, en souhaitant une diffusion de qualité pour ces deux disciplines médicales.
Reconnaissant que d’autres développements de ces deux disciplines ce sont propagés à travers le monde, ICAMAR pourra collaborer avec des équipes manifestant leur volonté d’aller dans un même sens de reconnaissance, d’esprit de recherche et de validation.

(Yves Rouxeville, Yunsan Méas)


Documents joints

PDF - 479.3 ko

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique