Revue ICAMAR 13

0,00

Revue ICAMAR 13 – Octobre 2014

PAIEMENT SÉCURISÉ
UGS : icamar-13 Catégorie :

Description

  • 119 pages
  • 1,2 Mo

Sommaire

Editorial

Nouvelles d’ICAMAR

  • Compte-rendu AMATA 2014
  • Colloque de Barcelone – article en Français (Jose Moralès)
  • El coloquio de Barcelona – artículo en español (Jose Moralès)
  • Modalités, conditions et préinscriptions au colloque de Barcelone

Exercice Professionnel

  • Quelques réflexions qui me semblent importantes pour l’exercice professionnel (Yves Rouxeville)

Les rencontres de Besançon

  • Allocution de bienvenue du Pr Pierre Magnin aux Rencontres de Besançon (Transcrite par Dr Pascal Vidal)
  • Compte rendu des Rencontres de Besançon du 14 et 15 juin 2014 (Dr Pascal Vidal)

Article d’intérêt général

  • La notion de périderme et de champ prosomatique (Daniel Courty)

Evaluation

  • Etude des points auriculaires détectés par l’approche du détecteur noir, ou par la lumière blanche de la L.E.P. Comparaisons avec le détecteur 3 Volts et le détecteur magnétique. (Yves Rouxeville)
  • Etude des points auriculaires détectés par la projection ponctuelle de lumières colorées sur l’oreille. Comparaisons avec le détecteur 3 Volts et le détecteur magnétique. (Yves Rouxeville)
  • Etude des séquences de points auriculaires détectés par l’approche du détecteur noir, ou par la lumière blanche de la L.E.P. (Yves Rouxeville, Dalila Trabelsi)

Auriculomédecine

  • Un champ juxta auriculaire révélé par le test d’approche de produits à l’oreille : mise en évidence et validation pour l’aide au diagnostic (Yves Rouxeville, Daniel Courty, Dalila Trabelsi, Yunsan Méas)
  • Réflexions sur les points induits et les points révélés.
  • Commentaire à propos de l’article « Un champ juxta auriculaire révélé par le test d’approche de produits à l’oreille : mise en évidence et validation pour l’aide au diagnostic » dans ce même numéro (André Lentz)

Observation

  • Amusant et instructif (André Lentz)

Recherche appliquée

  • Neuromédiateurs et Identification des blocages (André Lentz)
  • Observation pour illustrer l’identification des blocages (André Lentz)

Bibliographie

  • Livre – « Acupuncture et Auriculothérapie en Obstétrique et en Gynécologie » (Claudine de Brassier, Anne-Laure Mathieu et Yves Rouxeville)
  • Livre – Light in Shaping Life Biophotons in Biology and Medicine – Auteur : Roel van Wijk

Revue des articles

Les derniers articles parus

Editorial

Poursuivre inlassablement notre activité, au nom de valeurs !

Avant de me coller à l’exercice d’éditorialiste, j’ai fait le ménage dans les journaux, et regardé le Quotidien du Médecin n°9349, paru il y a quatre jours. Un article sur un quart de page m’interpelle :

« En modifiant la flore intestinale, les édulcorants favoriseraient l’intolérance au glucose ». Cette étude est parue dans Nature, en ligne le 17 septembre 2014. La consommation d’édulcorants a été encouragée pour perdre du poids et prévenir le diabète. Loin de lutter contre l’obésité, les agents sucrants artificiels pourraient à l’inverse y contribuer ! Nous savions déjà que « la malbouffe favorise le développement du râble ». Cet article indique aussi le rôle joué par le microbiote, deuxième « cerveau » du tractus intestinal.

Malgré tout, dans une civilisation où l’on adore le Veau d’Or, avec ce que nous faisons, nous continuons à aider ceux qui nous confient leur santé, au mieux de nos possibilités, tout tranquillement. Nous pouvons réellement en être fiers devant nos contemporains, et devant les générations futures.

Nos recommandations d’une alimentation plutôt naturelle et équilibrée, nos soins réflexes effectués à l’aide d’aiguilles stériles, de fréquences ou d’aimants, ou encore à l’aide de nos mains pour masser ou manipuler, voire par des couleurs, n’ont pas d’effet toxique ou iatrogène connu. Par contre, la réactivité individuelle implique de rares réactivations de symptômes, ce qui est une preuve indirecte d’une certaine efficacité !

Tranquillement, dans ses douze premiers numéros, notre revue s’est affirmée comme le creuset, le réceptacle de la nouveauté dans le domaine restreint de l’Auriculo (l’ensemble Auriculothérapie et Auriculomédecine, nommé par Daniel Courty : les Médecines Informationnelles initiées par Paul Nogier).

L’enseignement

Comme Pascal Vidal l’écrivait cet été à un collègue, « ICAMAR n’est pas une structure d’enseignement et ce n’est pas son rôle. Notre raison d’être n’a pas changé et est inscrite depuis le début dans la présentation du premier éditorial (n°0, en juin 2010) :

  • Parce qu’une technique nouvelle a besoin d’échanges et d’évaluation,
  • Parce qu’une technique nouvelle a besoin de recherches,
  • Parce qu’une technique nouvelle a besoin de publier ses travaux,
  • Parce que nous avons besoin de connaître ce qui se fait en auriculothérapie et en auriculomédecine partout dans le monde ».

Nous avons trouvé notre place et travaillons dans un esprit différent de ce qui peut exister ailleurs.

Bien que n’étant pas une structure d’enseignement, certains de nos dirigeants sont impliqués dans la formation : formation d’étudiants à la seule Faculté de Médecine de Sfax (puisque l’enseignement à Nantes est inexistant, pour des raisons indépendantes de notre bon vouloir), formation suivie d’élèves à Rio de Janeiro, en Armorique (autre nom de la Bretagne), formation épisodique d’élèves en Inde et au Maroc. Et d’autres centres de formation devraient naître d’ici un an. Le programme est identique partout, sur le modèle du C.E.C. de Sfax (Tunisie).

Nous regrettons que l’enseignement de l’auriculothérapie dans les Facultés de Médecine n’ait pu être réalisé dès les années 80. Le Pr. Jean Bossy (1929-2009) l’avait pourtant proposé (pages 657-658) :

D’un autre côté, il y avait Paul Nogier et l’auriculothérapie (GLEM) que je connaissais bien. Je lui disais : « Il faut en profiter pour la faire entrer dans le D.I.U. (d’acupuncture). Parce qu’elle était complètement isolée de l’acupuncture. Il y a eu des publications complètement délirantes. Or, dans le programme du D.I.U., un module optionnel était prévu : on avait par exemple la diététique chinoise, l’auriculothérapie… Nogier me dit : « Ah mais vous comprenez, si l’on fait quelque chose sur l’auriculothérapie, il faut au moins que j’ai deux cents heures », alors qu’il y a cent heures d’enseignement par an. Je lui ai dit : « Alors, ce n’est pas possible ». Alors, il a préféré continuer les choses de son côté, avec son fils Raphaël Nogier qui va beaucoup à l’étranger : au fond, ils ne s’intéressaient pas au D.I.U. L’auriculothérapie, c’est leur domaine, c’est tout. Malheureusement, ils ne s’intègrent pas dans le reste. En fait, c’est Rouxeville, de Lorient, qui a beaucoup fait pour faire entrer l’auriculothérapie à la FAFORMEC. Et il est capable de faire accepter les choses. Il doit justement y avoir une réunion de Conseil de Coordination à Lyon en novembre 2004. (1)

Cet enseignement comporte la formation initiale (quatre modules successifs comportant chacun deux jours de théorie et pratique, suivis une demi-journée de consultations (dans la mesure du possible) : initiation à l’auriculothérapie, perfectionnement à l’auriculothérapie, initiation à l’auriculomédecine, pratique de l’auriculomédecine.

Ses bases nécessaires ont définies en 2005 par le Pr. Youenn Lajat, de Nantes :

  • Enseignement basé sur les travaux et découvertes du Dr Paul Nogier,
  • Enseignement exprimé avec l’esprit du Pr. Jean Bossy,
  • Formation médicale basée sur la clinique et la pratique, comportant des rappels de neurosciences. Pas une formation de neurosciences appliquées à l’Auriculothérapie,
  • Présenter toutes les possibilités de diagnostic du point d’oreille,
  • Présenter toutes les possibilités de traitement du point d’oreille,
  • Être respectueux de l’acupuncture traditionnelle comme de la Médecine actuelle, car l’auriculothérapie ne fait partie de la Médecine Traditionnelle Chinoise

Une fois que les apprenants ont reçu cette formation théorique et pratique de 56 heures, le perfectionnement peut alors être opérationnel.

Il s’agit pour moi d’un aboutissement, puisqu’il y a vingt ans, en 1993, j’avais édité un polycopié destiné aux enseignants et élèves du GLEM (2). Il accompagnait mes documents transparents pour rétroprojecteur remis aux enseignants du GLEM, dans un but d’harmonisation de l’enseignement.

Il est bon d’indiquer que le Pr. Bossy avait créé en 1975 le Certificat Universitaire de Réflexothérapie (acupuncture, auriculothérapie, manipulations vertébrales et articulaires) à l’Université de Montpellier 1, annexe de Nîmes. C’est parce qu’il a pu faire admettre par l’Université le principe des réflexothérapies comme mécanisme d’action de l’acupuncture en particulier, qu’il a pu créer ce Certificat, et ultérieurement le D.I.U. d’acupuncture en 1987 (page 666 de la Thèse de Ronald Guilloux).

Ce que réalise ICAMAR

Outre notre production littéraire (douze revues), nous éditons les Actes de nos Colloques, ainsi que des livres qui regroupent trois revues, soit une année par livre. L’essentiel de ce travail obscur est réalisé avec grande compétence par André Lentz.

Lors de nos colloques et/ou en perfectionnement des enseignements, nous avons fait le choix de l’ouverture à des techniques de soins proches et méconnues, ne faisant pas partie de l’auriculothérapie ni de l’auriculomédecine : la Médecine photonique développée par le Pr. Pierre Magnin, la Posturologie présentée par le Dr Yunsan Méas et la Crâniopuncture de Yamamoto enseignée par le Dr Bernard Memheld.

C’est avec un grand plaisir, sans esprit de clientélisme, que nous avons aidé ces disciplines à se faire connaître. Bien que notre vocation reste l’auriculothérapie et l’auriculomédecine, nous accepterons bien volontiers dans nos colonnes les cas cliniques observés au sein de ces disciplines sœurs (avec le filtre habituel du comité de lecture).

Ce numéro est exceptionnel

Ou y trouvera de nouvelles études et les réflexions qu’elles déclenchent. Surtout, Daniel Courty nous y présente les champs péri corporels de façon non ésotérique, ce qui est un réel tour de force.

Il semble, à notre connaissance, qu’ICAMAR soit la seule revue d’Auriculo en langue française. Gardons les pieds sur terre et poursuivons inlassablement notre activité avec deux guides : la liberté et la tolérance. Relire de temps à autres les classiques permet de faire le point. A ce sujet, je vous propose la plaquette d’Etienne de La Boétie « Discours de la servitude volontaire » (1576) et le texte de Voltaire « Traité sur la Tolérance, à l’occasion de la mort de Jean Calas » (1763).

En espérant vous retrouver nombreux au Colloque International d’Auriculothérapie et d’Auriculomédecine, que nous organiserons les 13-14 juin 2015 à Barcelone !

Yves Rouxeville

  1. Guilloux R (2006) De l’exotique au politique : la réception de l’acupuncture extrême-orientale dans le système de soins français (XVIIe-XXe siècles). Thèse de sciences politiques. Institut d’études politiques, Lyon.
  2. Rouxeville Y (1993) Abrégé de cours d’Auriculothérapie et d’Auriculomédecine (épuisé).